Repenser l’éclairage résidentiel

fluxEn moyenne l’éclairage représente 12% de la facture énergétique d’un foyer. L’amélioration de l’isolation des habitations, en particulier pour les constructions nouvelles, a permis de réduire la consommation d’énergie dédiée au chauffage. Cela a eu pour effet de faire croitre la proportion de l’électricité nécessaire pour l’éclairage du foyer. Le renchérissement du cout de l’électricité et les émissions de CO2 `qui lui sont liées, font de l’éclairage domestique, une source potentielle d’économie d’énergie à rationnaliser. Repenser l’éclairage de la maison de manière plus efficace peut donc être un moyen rapide de réduire la facture électrique et in fine les émissions nocives pour le climat.
Architectes et constructeurs jouent un rôle important dans l’installation de systèmes d’éclairage efficaces qui respectent les obligations réglementaires et les recommandations en matière d’efficacité énergétique des organismes officiels tels que l’Ademe en France. Pour mettre en place un éclairage performant et économe dans la maison, il convient d’évaluer à la fois l’architecture du système, les solutions techniques et les habitudes d’utilisation de l’éclairage. Les recommandations basiques pour optimiser performance et cout:
– choisir des lampes et des luminaires efficaces,
– utiliser un éclairage direct seulement là où il est nécessaire,
– mettre en place un contrôle intelligent de l’éclairage (compteur électrique intelligent, domotique)
– tirer parti au maximum de la lumière naturelle et des surfaces réfléchissantes,
– sensibiliser les occupants du foyer à une utilisation rationnelle.
Il faut pouvoir associer de façon optimale la lumière naturelle et artificielle avec un système flexible de contrôle intelligent qui puisse fournir un éclairage économe adaptable aux besoins, mais de qualité pour les occupants. Le choix des équipements est crucial car ils doivent satisfaire de multiples exigences (performance, efficacité énergétique, prix, esthétique). Il s’agit de trouver le juste équilibre entre les contraintes architecturales ou esthétiques et la nécessité de limiter le nombre de luminaires et de lampes. Le potentiel d’économie est évidemment le plus important pour les constructions nouvelles mais la rénovation d’un habitat existant peut être l’opportunité de repenser par exemple le câblage, la création de puits de lumière naturelle, et la mise en place d’un contrôle intelligent (compteur intelligent, repositionnement des interrupteurs,…).
On choisira des luminaires et des lampes efficaces, selon leurs performances en matière d’efficacité énergétique, de durée de vie et de rendu des couleurs, et on sélectionnera les lampes les plus appropriées. Alors que les lampes à incandescence et les halogènes ne sont pas recommandées pour un usage domestique, les lampes fluo-compactes dotées d’équipements électroniques peuvent permettre d’économiser 30 à 60% des couts tout en produisant un éclairage de bonne qualité, avec un impact réduit pour l’environnement. Actuellement, le marché mondial de l’éclairage résidentiel est en pleine mutation car les lampes à LED se développent à un rythme étonnant. Les LEDs (Light Emitting Diodes) sont des lampes résistantes et extrêmement efficaces. Elles offrent aujourd’hui une qualité d’éclairage équivalente aux lampes incandescentes et ont une durée de vie 25 fois supérieure, en étant même plus économes que les fluo-compactes. Cela laisse présager qu’elles s’imposeront probablement également pour l’éclairage de la maison, malgré leur cout encore élevé. Parallèlement les systèmes de gestion globale de l’énergie dans la maison et la domotique, dont l’éclairage intelligent fait partie, progressent très rapidement. Si la volonté de réduire les coûts de l’électricité incite de nombreux propriétaires à adopter la technologie LED ce n’est pas forcément leur première motivation, car les propriétaires sont de plus en plus intéressés par les nouvelles possibilités de systèmes de réseaux apportées par les Leds. En effet, la capacité des dispositifs à LED à communiquer avec d’autres appareils connectés tels que capteurs d’occupation, photodétecteurs, minuteries et gradateurs s’avère particulièrement intéressante pour accroitre le confort et la commodité à la maison, tout en permettant des économies d’énergie.

L’éclairage dans le secteur industriel

Des niveaux équilibrés d’éclairage sont essentiels pour établir des conditions de travail sures et productives. Les entreprises se doivent de prendre l’éclairage sur le lieu de travail très au sérieux. Optimiser l’éclairage industriel nécessite un examen complet des tâches à réaliser, la prise en compte des conditions environnementales, et les aspects économiques devront aussi être pris en considération.

Les avantages d’un éclairage adéquat dans l’industrie sont nombreux. On retiendra une plus grande productivité, plus de précision, l’amélioration de la sécurité, et un meilleur moral des travailleurs.

Niveau requis de l’éclairage dans l’industrie
Voici quelques exemples de niveaux recommandés d’éclairage industriels

 

General EngineeringRough work

160 lux

General EngineeringMedium work

400 lux

General EngineeringFine work

800 lux

General EngineeringVery fine work

1600 lux

Outdoor AreasMechanical loading

10 lux

Outdoor AreasManual loading

50 lux

WarehousingInactive storage

20 lux

WarehousingLoading bays

100 lux

WarehousingSmall storage, packing

200 lux

Qualité de l’éclairage industriel dans l’industrie

Les facteurs qui influencent la qualité de l’éclairage industriel sont variés, mais on pourra retenir le scintillement et l’éblouissement, le degré de contraste ou les ombres. Il faudra avoir un contraste suffisant entre les objets éclairés et le fond. Un éclairage intense sur les zones connexes à la tache peuvent rendre la réalisation de celle-ci plus difficile.

Exigences en matière d’éclairage industriel

Les normes industrielles concernant l’éclairage soulignent l’importance de la prise en consommation d’énergie, et d’autres caractéristiques clés visant à améliorer la performance globale en milieu de travail.