L’éclairage public extérieur

Qu’il soit routier ou urbain, pensé pour de grands espaces extérieurs (stades, places, parcs, parkings….) ou pour mettre en valeur le patrimoine architectural, l’éclairage public extérieur va bien au-delà de la simple illumination d’un espace public mais doit satisfaire des exigences de performance croissante en matière de sécurité, de confort et d’esthétisme, de protection de l’environnement et d’efficacité économique.

Le contexte :

Pour les collectivités locales, les enjeux environnementaux et économiques sont prioritaires : en effet, selon le Mémento des décideurs, édité par la Mission interministérielle de l’effet de serre (1), l’éclairage public est le premier poste de consommation d’électricité des communes. (48 % des kWh consommés pour 23 % de la facture globale d’énergie)

Une enquête réalisée par le CERTU(2) auprès de 800 villes a permis de montrer que l’équipement en éclairage des villes n’est pas toujours adapté: à titre d’exemples, sur 10 ans, on a enregistré une progression de plus de 30 % du nombre de
points lumineux par habitant et les systèmes d’alimentation sont anciens et énergivores : moins de 2 % des points lumineux sont alimentés par des auxiliaires électroniques ou des systèmes de contrôle de puissance.

Réévaluer les besoins :

Dans un monde où la consommation énergétique et le prix de l’énergie sont des variables difficiles à maitriser, la gestion intelligente de l’éclairage urbain passe par l’identification et la maitrise claire des besoins (sécurité, fonctionnalité, confort, esthétisme) pour adopter les solutions les plus innovantes en matière d’éclairage efficient, économe et respectueux de l’environnement.
La prévention des nuisances lumineuses est un motif supplémentaire pour s’interroger sur les besoins précis en éclairage de tel lieu ou batiment : à quels moments faut-il éclairer ? A quel niveau ? De quelle manière? Avec quelles finalités et conséquences ? Cette réflexion préalable est indispensable à tout projet d’éclairage, ou d’optimisation d’installations existantes.

Des solutions innovantes et durables pour un éclairage « juste » et intelligent :

Eclairer mieux, là où il le faut, quand il le faut et comme il faut, en consommant moins et au meilleur coût.
Toujours selon la MIES, l’innovation en matière d’optimisation des éclairages publics peut ainsi permettre une réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

En matière d’éclairage, une meilleure efficacité photométrique des luminaires (l’efficacité photométrique s’évalue en fonction de la quantité et la dispersion de lumière fournie) peut permettre de réduire la quantité de sources lumineuses et la puissance des lampes pour économiser l’énergie et limiter la pollution lumineuse.

Les éclairages d’infrastructures (routes, tunnels, parkings, échangeurs….) priorisent la sécurité des personnes en éclairant sans éblouir, mais ils doivent aussi s’intégrer et respecter l’aménagement global des lieux. Il existe des solutions d’éclairage innovantes qui intègrent et s’adaptent à toutes ces exigences.
La norme EN 13201 est un outil pour évaluer l’efficience énergétique en éclairage public. Elle élabore un classement de tous les espaces circulés, et donne pour chaque type de voie les valeurs photométriques moyennes minimales à maintenir dans le temps (éclairement, luminance, etc.). Elle permet ainsi une recherche des solutions d’éclairage optimales.

Les éclairages de grands espaces extérieurs pour manifestations culturelles et sportives doivent assurer une illumination et un confort optimal pour les intervenants et les spectateurs en minimisant l’éblouissement et en sublimant l’espace scénique.

(1) MIES : Mission interministérielle de l’effet de serre, pour que la France honore ses engagements de la Convention de Kyoto sur le changement climatique.
(2) service du ministère de l’Equipement chargé de l’éclairage public.