Classe II, LED et DALI, mauvais compagnons

Ces derniers mois, les clients exigent de plus en plus de luminaires de classe II avec modules LED et gradation DALI standard, ce que le service technique d’Airfal déconseille en raison de l’absence de garanties de bon fonctionnement. Pour mieux comprendre pourquoi il en est ainsi, il est important de savoir ce qu’est un luminaire […]

Qu’est-ce qu’un lux? Comment mesure t-on le flux lumineux ?

luxC’est par le raisonnement et l’utilisation des mathématiques que l’homme a pu conceptualiser certains effets de la lumière produits par la nature ou par des sources lumineuses artificielles. Un exemple est l’interprétation et l’explication du phénomène qui se produit quand un certain flux de lumière touche une surface.

Pour comprendre ce processus, il est nécessaire de prendre en considération trois concepts: l’éclairement, la lumière (lm) et le lux (lx). Le premier est considéré comme le flux lumineux qui affecte une certaine zone; En d’autres termes, quelle quantité de lumière provient d’une source de lumière sur une surface?

Pour connaître la réponse, on pourra imaginer un processus d’éclairage dans lequel une source lumineuse émet une certaine quantité de lumière; Selon le système international de mesure, le flux d’éclairage émis peut être mesuré à partir de lumens (lm). Plus le nombre de lm est élevé, plus l’intensité d’éclairage fournie par la source est élevée.

Un nombre de Lux indique le flux lumineux reçu par unité de surface.

Lorsque la lumière émise atteint une zone spécifique, le terme lux (lx) apparaît. C’est une unité de mesure équivalente à un lumen / m² et avec laquelle il est possible de calculer combien l’éclairage affecte une zone donnée. Cependant, afin d’évaluer la quantité de lumière, il est nécessaire de prendre en compte des aspects tels que les dimensions de l’espace, la hauteur du luminaire et sa distance à la surface cible, ainsi que les données photométriques des lampes et leur quantité.

Il est à noter que si la source de lumière est proche de la zone cible, il y aura plus de luxs, mais si elle est loin, il y en aura moins. Par exemple, un luminaire émet deux mille lumens sur une surface d’un mètre carré, de cette façon on aura deux mille lux émis sur cette zone, ce qui représente beaucoup de lumière. En revanche, si la même quantité de lumière est utilisée sur une zone de 20 mètres carrés, l’éclairement de cet endroit est seulement de 200 lux, c’est-à-dire moins de lumière.

Pour atteindre un équilibre lumineux, on pourra utiliser des moyens, des techniques et des logiciels pour le calculer. En outre, les aspects esthétiques et fonctionnels doivent être envisagés en fonction de l’utilisation de chaque zone à éclairer. L’utilisation de luxmètres permet d’obtenir un niveau d’éclairement optimal.

Qu’est-ce que l’UGR – índice d’éblouissement d’inconfort?

ugr- indice eblouissementL’UGR de l’Unified Glare Rating anglais (Unified Glare Rating) est un moyen d’évaluer et de comparer l’éblouissement produit par différentes sources lumineuses.

Cet indice est fondamental pour concevoir un éclairage adéquat. On comprendra que les besoins d’éclairage et de confort visuel d’un couloir ne sont pas les mêmes que ceux d’une salle de classe ou d’une salle d’opération.

Avant de définir en détail l’UGR, il convient de revoir ce que nous entendons par éblouissement, quelles sont ses causes et de définir ses effets.

Définition de l’éblouissement

Selon le RAE lui-même, l’éblouissement est la «perturbation de la vue par une lumière excessive ou soudaine». Bref, ce n’est rien de plus qu’une diminution de notre capacité à distinguer les objets causés par l’augmentation brusque de la lumière.

 

Types d’éblouissement

Nous pouvons distinguer deux types d’éblouissement en fonction de l’effet qu’ils ont sur les personnes:

  • En premier lieu, nous trouvons l’éblouissement qui cause de l’inconfort. Cela donne lieu à une certaine difficulté pour poursuivre les activités que nous faisions et exige de déplacer le regard.
  • Le deuxième type, bien qu’il ne produise pas ce sentiment gênant, nous empêche de poursuivre la tâche que nous menions.

 

L’UGR comme mesure de l’éblouissement

L’indice d’éblouissement d’inconfort permet de mesurer l’éblouissement d’un espace et c’est l’indice recommandé par la Commission Internationale de l’Illumination (CIE).

 

L’éblouissement est mesuré avec un luminancemètre et l’UGR est simplement le logarithme (en base 10) de la luminance de toutes les sources lumineuses, par rapport à l’arrière-plan. Mathématiquement, la formule est la suivante:

ugr

Où:

  • Lb est l’éclairage d’arrière-plan.
  • Ln est la luminance de la source de lumière visible ‘n’.
  • wn est l’angle solide de la source lumineuse vu par l’observateur.
  • pn est l’indice de position Guth de chaque source.

Les valeurs de l’UGR  oscillent entre 10 et 30. Plus les valeurs UGR sont élevées, plus l’inconfort généré par la lumière est important. Il faut garder à l’esprit que l’éblouissement qui invalide la vision n’est pas considéré dans cette échelle.

Valeurs maximales d’UGR en fonction de l’activité

Habituellement les valeurs de référence sont 16, 19, 22, 25, 28. Une variation 1 de la valeur de l’indice d’éblouissement unifié est non significatif et, au contraire, une variation de trois points est très perceptible .

 

UGRActivités
16Dessein technique, CAD
19Activité normale de bureau, salles de réunion
22Receptions, boutiques
25Salle d’archives, escaliers, ascenseur
28Zone de circulation

 

 

Fondamentalement, dans les espaces où des activités de plus grande précision sont effectuées, des niveaux d’éblouissement inférieurs sont requis.

Les facteurs impactent la détermination de la valeur UGR :

  • la forme et les dimensions du local,
  • la clarté de la surface (luminance) des parois, des plafonds, des sols et des autres surfaces étendues,
  • le type de luminaire et de protection,
  • la luminance de la lampe,
  • la répartition des luminaires dans le local,
  • la ou les positions de l’observateur.

 

La norme européenne UNE 12464-1 inclut tous les paramètres minimaux, en fonction des exigences d’éclairage intérieur et en fonction de l’activité, pour garantir la performance visuelle, le confort et la sécurité. Ces paramètres comprennent, en plus de l’UGR, l’éclairement, l’indice de reproduction chromatique et toutes sortes d’exceptions ou d’applications spéciales, chaque fois que c’est nécessaire.

Comment choisir une bonne alimentation pour votre éclairage LED

L’alimentation LED – également appelée transformateur ou driver est l’une des parties les plus importantes de toute installation d’éclairage LED. Il est primordial de sélectionner une alimentation qui fournit non seulement la tension correcte, mais aussi le courant nécessaire pour générer la quantité requise d’éclairage. Un  mauvais choix de transformateur risque d’endommager l’éclairage  et peut également présenter un risque de sécurité ou d’incendie. Toutefois, déterminer l’offre correcte est assez simple si vous suivez les étapes ci-dessous. Lire la suite

Quel éclairage pour les bureaux et les postes de travail

De nos jours, une grande partie  de l’information est traitée visuellement. Cela conduit au fait que le choix de l’éclairage a un impact de plus en plus important sur le traitement de l’information adéquate. Outre le fait que la lumière a une influence sur le bien-être et la santé du personnel, celle-ci a un  impact significatif sur leur motivation et aussi leur performance. L’éclairage au travail repose sur des principes ergonomiques et doivent répondre aux exigences de sécurité, ainsi que de respect de la santé des employés.

La lumière a différentes fonctions qui doivent être prises en considération afin de mettre en place un éclairage adéquat. Elle ne permet uniquement une bonne perception et l’information visuelle, elle a  également des effets psychiques et émotionnels ainsi que  biologiques sur l’organisme. Un bon éclairage sur le lieu de travail a un impact sur la motivation aussi.

Pour l’évaluation de la qualité de l’éclairage, une variété de paramètres sont analysés. Les critères principaux sont l’éclairage et le niveau d’éclairement lumineux, la couleur de la lumière, la direction de celle-ci, ou le niveau dl’éblouissement. Ces paramètres influencent  l’environnement visuel, le confort et la performance et doivent être pris en compte avec attention.

Il convient de prendre en compte de multiples paramètres pour l’éclairage d’un bureau ou d’un poste de travail. L’attention dont doit faire preuve le salarié lors d’un travail sur ordinateur l’expose à une fatigue oculaire, si l’éclairage n’est pas adapté. Optimiser l’efficacité au travail c’est aussi faire le choix d’un éclairage approprié. L’éclairage doit assurer le confort visuel mais une illumination agréable permet également créer une ambiance. Pour stimuler l’activité des salariés, un niveau élevé d’éclairement sera nécessaire.

L’éclairage au bureau vise à faciliter l’exécution d’une tâche. Avec un bon niveau d’éclairement, le nombre d’erreurs baisse, et la fatigue oculaire est limitée. En outre, en plus du niveau moyen d’éclairage requis pour l’exécution de la tâche, il faut veiller à ce que la lumière émise soit de bonne qualité et uniforme, et à éviter les possibles éblouissements.

Pour un éclairage efficace, il faut définir les exigences visuelles en fonction de l’activité réalisée… Pensez aux différentes zones à éclairer, aux personnes présentes, et à la disposition des lieux. Il faut aussi tenir compte de la qualité de l’éclairage naturel et de la consommation énergétique induite, tout en respectant la législation en vigueur et les normes spécifiques pour l’éclairage des bureaux.

Lire la suite