Réaliser un audit de l’éclairage de vos installations: pourquoi et comment

Bien que cela puisse paraitre surprenant, il y a encore aujourd’hui trop d’édifices et d’installations en fonctionnement qui ont des budgets élevés de dépenses en énergie. Nombreux sont les gestionnaires d’installations qui perçoivent encore trop fréquemment le poste énergie comme un «mal nécessaire» et pensent qu’ils ne peuvent guère améliorer ce poste de dépense. C’est un peu étonnant lorsqu’on sait qu’avec un effort de contrôle basique, on peut faire à coup sûr près de 10 pour cent d’économies sur la facture d’énergie, et d’autant plus s’il n’y a pas eu de véritable gestion de l’énergie dépensée au cours des 5 dernières années. Un audit énergétique de l’éclairage permet d’évaluer la situation de départ et c’est une des premières étapes pour espérer réduire la facture d’électricité d’une installation existante. Pour ce faire, on peut adopter la démarche suivante:

– Evaluer les besoins d’éclairement de chaque espace: le niveau actuel d’éclairement est-il suffisant? Existe-t-il des zones qui nécessitent des niveaux d’éclairement différenciés? Pour évaluer correctement les besoins, il est important de préciser qu’une augmentation du niveau d’éclairement implique une augmentation de la consommation d’électricité. Ainsi lorsque le niveau d’éclairement est acceptable pour l’utilisateur final, mais en dessous du niveau recommandé, il est important de le préciser au gestionnaire des installations.

– Collecter et analyser l’historique d’une à trois années de factures d’énergie. L’objectif est de comprendre les tendances de consommation du bâtiment tout au long de l’année pour déterminer si la consommation d’énergie a augmenté progressivement et quelle est la saisonnalité. Au-delà des données de consommation historiques, il est aussi important de prendre en compte les tarifs horaires des services publics (la demande et les coûts moyens au kWh). Le calcul du cout moyen au Kwh peut se faire sur une période de 12 à 36 mois. Les factures de services comprennent de nombreux frais supplémentaires pour compenser les heures de pointe, la maintenance, la construction de nouvelles infrastructures, etc. Ceux-ci doivent être pris en compte dans le calcul pour obtenir un coût moyen réel.

audit-eclairage– Calculer le nombre d’heures d’utilisation de l’éclairage dans chaque zone identifiée et pour chaque type de luminaire. Le montant des heures/luminaire influe directement sur la rentabilité de l’investissement

– Il est également recommandé de visiter les installations et de se procurer les dimensions exactes en mesurant sur place et à l’aide des plans disponibles. Il est en particulier important de noter les hauteurs de plafond et l’emplacement exact des luminaires existants. Il faudra confirmer la puissance et la quantité des luminaires existants.

Sur place, on devra également mesurer précisément les niveaux d’éclairement dans chaque zone. Dans les cas où l’éclairage n’est pas uniforme, on notera les niveaux les plus bas et les plus élevés.

Noter comment chaque type de luminaire est monté et photographier chaque espace y compris si possible effectuer un gros plan du montage. Dans la mesure du possible, il est préférable de repositionner les nouveaux luminaires aux emplacements de fixation existants pour éviter les couts d’installation d’un nouveau câblage. Ces photos serviront de support pour proposer des améliorations.

Sélectionner des luminaires efficaces et adaptés, c’est à dire fournissant une quantité équivalente de lumens avec une température de couleur similaire de façon à ne pas choquer les utilisateurs.

– Prendre en compte également la température ambiante de l’espace pour le choix des luminaires et des lampes, sachant que les LED sont sensibles à la température et que les températures élevées peuvent réduire l’intensité de l’éclairage et la durée de vie de la lampe. En principe les LED ont un meilleur rendement dans des environnements froids mais de plus en plus de luminaires Led sont développés spécifiquement pour des environnements critiques.

Utiliser un logiciel tel que Dialux pour calculer les économies potentielles et simuler les projets de rénovation et d’amélioration de l’éclairage. Le logiciel DIALUX permet de réaliser des calculs d’éclairage intérieur, extérieur et éclairage public, à partir de 2 versions Dialux 4 (modélisation de locaux ou aires extérieures, calcul lumière du jour) et Dialux EVO (pour la modélisation de bâtiments entiers). Il est téléchargeable gratuitement et donne accès à une base très large de catalogues de fabricants.

– L’audit de l’éclairage peut aussi envisager d’autres façons de minimiser la consommation d’énergie et / ou de rendre l’espace plus lumineux sans augmenter la consommation d’énergie. Il existe des possibilités d’économies simples à mettre en place telles que les capteurs de détection de présence qui permettent un contrôle intelligent de l’éclairage et peuvent accroître les économies. En utilisant des lampes de température de couleur plus adaptée à chaque espace, on peut également augmenter la perception de luminosité sans cout supplémentaire.

Choisir des lampes ayant une longue durée de vie, cela permettra de réduire les coûts de maintenance et les coûts de remplacement des lampes. Intégrer les coûts de maintenance dans l’audit car la maintenance est non seulement une source potentielle d’économie supplémentaire mais un facteur de succès pour mettre en place un éclairage plus efficace et économe.