Des leds de couleur bleue pour la conservation des aliments

blue-ledUne nouvelle étude montre que la lumière LED bleue pourrait être utilisée pour tuer les agents pathogènes d’origine alimentaire sans la nécessité d’un traitement chimique. Les conclusions de l’équipe à l’origine de cette étude peuvent permettent de penser qu’il existe un potentiel pour conserver en utilisant la lumière LED bleue dans certaines conditions avec des fruits fraîchement coupés, ou des produits à base de viande réfrigérés, ou encore des fruits de mer , sushis…

Cette étude, publiée sur le site Asian Scientist par une équipe de scientifiques de l’Université nationale de Singapour a prouvé que la lumière bleue des diodes électroluminescentes (LED) a un effet antibactérien sur les principaux pathogènes d’origine alimentaire, en particulier avec des températures froides (comprises entre 4 ° C et 15 ° C) et dans des conditions légèrement acides avec un pH d’environ 4,5. Les aliments acides tels que les fruits frais coupés ou la viande peut être conservés avec de lumière issue d’une LED bleue en combinaison avec des températures froides , sans nécessiter les traitements chimiques couramment utilisés pour la conservation des aliments.

Aujourd’hui, les LEDs sont connues comme étant une source de lumière économe en énergie, Elles sont également connues pour leur effet antibactérien. Les cellules bactériennes contiennent des composés sensibles à la lumière qui absorbent la lumière dans la région visible du spectre électromagnétique (400-430 nm), ce qui correspond principalement à une lumière LED bleu. L’exposition à l’éclairage de la lumière LED bleue peut donc lancer un processus dans les cellules qui provoque finalement la mort des celles-ci. L’équipe de l’Université nationale de Singapour, dirigée Professeur aYuk Hyun-Gyun, est la première à ce jour à avoir pu montrer que des facteurs tels que la température et les niveaux de pH, qui sont généralement associés à des produits alimentaires, peuvent améliorer l’effet antibactérien de LED. Les études préalables ne prenaient pas en compte les deux dimensions de la température et du Ph.

Dans cette étude, l’équipe a analysé trois agents pathogènes d’origine alimentaire , L Listeria monocytogenes, Escherichia coli O157:H7 and Salmonella Typhimurium , et leur évolution sous une lumière bleue émise par des LEDs. L’équipe a constaté que l’inactivation bactérienne plus élevée a été réalisée dans des conditions de pH acides ou alcalins plus qu’avec un pH neutre.

En particulier, des conditions acides étaient plus nuisibles que des conditions alcalines pour le L Listeria monocytogenes. Pour le E. coli O157: H7 et la Salmonella Typhimurium, des conditions alcalines étaient plus préjudiciables que des conditions acides. Une étude précédente en 2013 par la même équipe a également examiné l’effet de la température sur la capacité des LED bleue pour désactiver les cellules bactériennes et a trouvé que l’effet antibactérien être plus important avec des températures froides. Yuk a affirmé: « dans leur ensemble, nos deux études indiquent un potentiel de conservation des aliments acides en combinaison avec des températures froides sans traitements chimiques. Cela pourrait répondre à la demande croissante pour des aliments naturels ou peu transformés sans traitements chimiques tels que acidifiants artificiels et conservateurs utilisés pour préserver les produits alimentaires « .

La prochaine étape consistera à tester l’application de cette technologie LED sur des échantillons d’aliments réels tels que les fruits frais coupés, ainsi que des aliments prêts à être consommés, des fruits de mer crus, des viandes, de de s’assurer que l’éclairage LED peut effectivement tuer les bactéries pathogènes sans détériorer des produits alimentaires correspondants, a déclaré Yuk.